Le musée National du Bardo
Nouveau
 

C’est le plus ancien et le plus important des musées tunisiens. Il a été aménagé, voilà plus d’un siècle, dans l’enceinte d’un palais beylical, érigé dans sa plus grande partie vers le milieu du XIXe siècle et qui porte toujours le faste d’une résidence princière. Partiellement réaménagé à plusieurs reprises pour s’adapter à l’agrandissement des collections et à l’accroissement du flux des visiteurs, il fait actuellement l’objet d’un vaste plan de restructuration pour en améliorer la visibilité et le parcours.

Des milliers d’objets provenant de fouilles effectuées à travers le pays au cours des XIXe et XXe siècles y sont exposés. Ces objets, regroupés par départements et répartis dans une cinquantaine de salles et de galeries, reflètent les diverses étapes traversées par la Tunisie, depuis la préhistoire jusqu’au milieu du siècle dernier. Ce sont, par ordre chronologique : la préhistoire, la période punico libyque, les périodes romaine et paléochrétienne, avec les séquences vandale et byzantine et, enfin, la période islamique qui court jusqu’à l’époque contemporaine.

Le musée du Bardo s’est taillé une réputation mondiale grâce à sa collection de mosaïques, considérée comme la plus riche, la plus variée et la plus raffinée et qui trouve parmi ses plus belles illustrations les tableaux représentant Virgile entouré de muses, ou le pavement représentant Dionysos faisant le don de la vigne à Ikarios, ou cet autre célébrant le triomphe de Neptune, pour ne citer que quelques-unes des pièces maîtresses. Mais ce n’est pas là l’unique richesse du musée.

Parmi les Pièces majeures du Bardo, il faut citer l’ « hermaïon », un autel d’époque moustérienne (-40.000 ans) considéré comme l’une des toute premières formes d’expression spirituelle de l’humanité : un amas de forme conique de 75cm de haut pour 1,50m de large et composé de plus de 4.000 silex, ossements et boules calcaires.

De l’époque punique, il faut signaler la superbe armure en or massif d’un guerrier campanien, les bijoux, la stèle du prêtre portant un enfant au sacrifice ; sans compter les nombreux objets de mobiliers funéraires raffinés en provenance de divers pays méditerranéens et qui constituent les fonds grec et égyptien du musée.

Le fonds grec a été providentiellement enrichi par le fruit de fouilles, effectuées dans les années 40 au large de la ville de Mahdia, dans l’épave d’un bateau coulé par la tempête vers le premier siècle et qui transportait le mobilier et des éléments d’architecture d’une demeure patricienne d’époque hellénistique. Parmi les chefs-d’œuvre ramenés des fonds : un superbe Agôn en bronze de 1,20 m de haut.

L’époque romaine a fourni l’essentiel des collections du Bardo : mosaïques, bien sûr, mais aussi statuaire, poterie, bijoux, monnaies, objets de culte, objets usuels, etc.

Le département islamique renferme, dans un cadre arabo-islamique, des objets de diverses périodes, manuscrits, bijoux, pierres et bois ouvragés, objets usuels du terroir. Autour d’un élégant patio, deux petites pièces renferment des objets ayant appartenu à la famille régnante, et une troisième pièce renferme des objets de culte israélite.

Retour

Bardo / tunis
- Médina
Du 01/09 au 30/05 : 09.30 - 16.30
Du 01/06 au 31/08 : 09.00 - 17.00
11 Dt
Fermé Lundi
- Toilettes
- Boutique
- Cafétéria